ContactoF.A.Q.LazosNoticiasSobre el IC FrançaisEnglish  

La vermiculita >>
Convención de Rótterdam >>

Noticias

Versión para imprimir

Se encuentra en: Noticias


Noticias Temas de actualidad Boletín

Convención de Rótterdam [en francés]
10/10/2006

Montréal, le 6 octobre 2006 – En annonçant plus tôt aujourd’hui l’intention du gouvernement fédéral de s’objecter à l’inclusion du chrysotile à la Procédure de consentement (PIC) de la Convention de Rotterdam lors de la rencontre, réunissant tous les pays participants, qui se tiendra à Genève la semaine prochaine, le Secrétaire parlementaire du ministre des ressources naturelles, M. Christian Paradis, s’est inscrit dans la continuité de la position canadienne, celle qui avait été défendue avec succès en 2004.

 

Comme l’a déclaré le président de l’Institut du chrysotile, M. Clément Godbout : «Nous sommes très contents et saluons le travail du Secrétaire parlementaire, M. Christian Paradis, qui est venu réaffirmer avec force la position canadienne en faveur de la non-inclusion du chrysotile à la Convention de Rotterdam à la veille de la rencontre des pays participants. Le Canada a toujours fait figure de leader mondial en ce qui a trait à la défense de l’utilisation sécuritaire, contrôlée et responsable du chrysotile et sa position actuelle le confirme. Contrairement à ce que prétendent les éternels opposants de cette fibre, les raisons qui prévalaient en 2004 pour ne pas inclure le chrysotile à la liste sont toujours valables et n’ont été contredites par aucune nouvelle étude scientifique. Plus encore, les études attendues depuis longtemps et exigées par le Canada sur l’innocuité des fibres et produits de remplacement sur la santé humaine se font toujours attendre. Dans ce contexte, il est tout à fait raisonnable de s’opposer à l’inclusion du chrysotile à la Procédure PIC, le Canada a donc bien fait de l’annoncer.»

 

À propos de l’Institut

 

Créé en 1984 à l’initiative des gouvernements du Canada et du Québec, de l’industrie canadienne du chrysotile et des syndicats de travailleurs concernés, l’Institut du chrysotile a pour but de promouvoir et de favoriser la mise en œuvre de la politique canadienne et québécoise en matière d’usage contrôlé et sécuritaire du chrysotile et d’encourager, partout où le chrysotile est utilisé, la mise en place de conditions conformes aux exigences de la Convention no 162 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la sécurité dans l’utilisation.

 

Centre d’information et de référence sur l’usage sécuritaire du chrysotile en termes de santé-sécurité du travail, de santé publique et d’environnement, l’Institut organise des séminaires, des conférences, des sessions de formation et des missions d’experts. Il publie des bulletins d’information et participe à de nombreux forums internationaux.

 

 

Source : Institut du chrysotile

Pour information : Clément Godbout (514) 877-9797 ou cell. (514) 236-9677