Nous joindreF.A.Q.LiensNouvellesÀ propos de l'Institut EnglishEspañol  

La vermiculite >>
Convention de Rotterdam >>

La controverse

Version imprimable

vous êtes ici: le chrysotile / La controverse

Bannir ou ne pas bannir?

Encore aujourd’hui et ce, malgré les études prouvant qu’il peut être sans danger lorsque utilisé de façon sécuritaire, des gens prônent le bannissement du chrysotile. Ils lancent, à qui veut bien l’entendre, que le chrysotile tue encore des milliers de gens. Ils oublient cependant de raconter la petite histoire derrière leur gros titre, soit celle où on explique que le chrysotile a souvent été mélangé avec des amphiboles – les grandes fibres responsables du cancer et du mésothéliome – ou utilisé dans le passé de façon négligente laissant les travailleurs œuvrer dans des nuages de poussières.

Les détracteurs du chrysotile ont cependant raison sur un point : le chrysotile est une forme d’amiante, toutefois, elle est la seule fibre d’amiante commercialisée à ce jour. Mais là s’arrête la comparaison. Les fibres de chrysotile, contrairement aux amiantes amphiboles jadis utilisées (avant les années 70), ne s’accumulent pas dans les poumons après l’inhalation. Il est donc bien inutile de paniquer à la vue d’amiante chrysotile ou de produits en contenant. Le chrysotile, ce n’est pas la peste, ce n’est pas un virus – c’est une ressource naturelle ininflammable, plus résistance que l’acier et de valeur inestimable puisqu’elle ne se détériore pratiquement jamais et elle est peu dispendieuse.

Si les gens prônant le bannissement étaient réellement bien informés et se servaient de leurs contacts avec les médias, notamment, afin de colporter la bonne et véritable nouvelle, les gens ne paniqueraient plus en entendant parler d’amiante chrysotile. Au contraire, ils seraient rassurés de savoir que de nombreuses villes de la planète ont été bâties, irriguées et approvisionnées en eau potable grâce aux produits de chrysotile, et ce, en toute sécurité. Malheureusement, le médiocre combat qu’ils mènent ne fait que propager de bien inexactes informations ne servant que leurs intérêts économiques ou idéologiques. C’est en comptant sur des sources crédibles et objectives que les citoyens peuvent se forger une idées de la question, et c’est justement l’objectif recherché par ce site Internet.

 HAUT


Voir aussi...

The Asbestos dilemma: I. Assessement of risk
The Asbestos dilemma: II. The ban