Nous joindreF.A.Q.LiensNouvellesÀ propos de l'Institut EnglishEspañol  

La vermiculite >>
Convention de Rotterdam >>

Survol

Version imprimable

vous êtes ici: le chrysotile / survol

Chrysotile et amiante amphibole : deux types de fibres bien différents

L’amiante

Cliquer pour agrandir »

L’«amiante» n’est pas un minéral en soi. C’est un terme collectif qui désigne un groupe de minéraux dont les cristaux ont une forme fibreuse. Le terme «amiante» a été adopté à des fins d’identification commerciale.

Les six minéraux communément appelés «amiante» se répartissent en deux groupes distincts : les serpentines (le chrysotile ou amiante blanc) et les amphiboles (l’amosite ou amiante brun, la crocidolite ou amiante bleu, l’anthophyllite, la trémolite, l’actinolite). Les minéraux des deux groupes sont à base de silicate, mais ils diffèrent par leurs propriétés chimiques et minéralogiques.

Le chrysotile

Le chrysotile est un phyllosilicate ayant la forme d’une feuille roulée très mince. Cette «feuille», d’une épaisseur d’environ 8 angströms (0,8 nanomètres), se compose de magnésium à l’extérieur et de silicate à l’intérieur (de type sandwich). Dans le poumon, l’environnement acide de la monocyte/macrophage fragmente rapidement la structure en feuille, et la fibre se décompose en petits morceaux. Ces morceaux peuvent alors être facilement éliminés du poumon. Si la fibre est avalée et ingérée, elle est attaquée par le milieu encore plus acide (acide chlorhydrique, pH 2) de l’estomac.

On connaît le chrysotile depuis plus de 2 000 ans. Il a d’abord été employé dans les tissus d’incinération, les mèches de lampes à l’huile et dans d’autres matières textiles. Mais c’est seulement au cours du XIXe siècle que l’extraction du chrysotile à des fins commerciales a commencé en Oural (Russie), en Italie et au Canada.

L’amiante amphibole

En revanche, les fibres d’amiante amphibole ont la forme de tiges ou fibres solides. La structure de l’amphibole est une double chaîne de silicate tétraédrique, qui le rend très solide et durable. La surface externe des cristaux d’amphibole ressemble à celle du quartz, dont elle a la résistance chimique. Les fibres amphiboles ont une solubilité négligeable à tous les pH possibles.

Ces fibres sont toutes ininflammables. Les différences majeures entre le chrysotile et les amphiboles sont principalement au niveau de leur composition chimique, de leur résistance aux acides et de leurs effets sur la santé. Contrairement aux amphiboles, le chrysotile ne perdure pas dans les poumons après l’inhalation; il est rapidement éliminé par l’organisme. C’est à une exposition prolongée à de fortes doses qu’apparaissent des maladies pulmonaires. Ces conditions étaient fréquentes dans le passé; ce n’est pas le cas aujourd’hui. De là l’importance d’une approche contrôlée. Par contre, en raison de leur toxicité et leur biopersistance élevée, les amphiboles sont responsables du mésothéliome et des maladies pulmonaires, après une exposition courte ou modérée.

De l’amiante au chrysotile

Aujourd’hui, le chrysotile est la seule forme d’amiante commercialisée. L’industrie ne met en marché que les produits jugés sans danger pour le public, principalement des matériaux de construction en chrysotile-ciment, et aussi des freins, des joints, et quelques plastiques. Tous ces produits sont denses et non friables, la fibre de chrysotile y est encapsulée dans une matrice, qu’elle soit de ciment ou de résine.

 HAUT


Voir aussi...

Produits du chrysotile