Nous joindreF.A.Q.LiensNouvellesÀ propos de l'Institut EnglishEspañol  

La vermiculite >>
Convention de Rotterdam >>

Le chrysociment

Version imprimable

vous êtes ici: le chrysotile / Produits / Le chrysociment

Le chrysotile est utilisé depuis fort longtemps et ce, tant à l’état brut qu’ajouté à différents produits. Pourquoi ajoute-t-on du chrysotile au ciment? Tout simplement pour le rendre plus résistant, plus léger, et ainsi améliorer sa durée de vie commerciale et industrielle.

Le chrysociment existe depuis le tout début du XXe siècle. Il a été inventé en Autriche en 1904, et a été largement utilisé pour la construction résidentielle et agricole en Europe au cours du siècle dernier, principalement après la Seconde guerre mondiale. La très grande majorité des quelques 25 millions de tonnes de chrysotile qui ont été importés par les pays européens entre 1950 et 1995 l’on été à cette fin.

Les matériaux de chrysociment les plus populaires sont sans doute les feuilles rigides ou ondulées utilisées comme toiture chez les particuliers de pays en développement, entre autres. Certaines entreprises choisissent également de recouvrir leur toiture de bardeaux faits de chrysociment; ils sont aujourd’hui offerts en différentes couleurs comme le sont les bardeaux servant à recouvrir les murs. Enfin, le chrysociment sert à fabriquer divers produits pour le transport et la conservation de l’eau, comme des tuyaux servant au transport d’eau potable et d’égouts et la fabrication de réservoirs d’eau potable.

Le chrysotile trouve donc plusieurs usages dans le ciment. Combinés, ils permettent au ciment de perdurer pendant un minimum de 50 années et ce, à moindre coût. Une étude réalisée en 1996 indique que pour couvrir 1000 mètres carrés de toiture résistant 50 ans, il fallait 16 780 kg de feuilles de chrysociment ou 14 770 kg de feuilles de fibres d’alcool de polyvinyle (PVA) ou 10 085 kg de feuilles d’acier (sur 35 ans avec un haut degré d’entretien). Malgré le fait qu’il faille un peu moins de PVA que de chrysociment pour recouvrir la même surface, l’étude démontre que sur une période de 50 ans l’impact environnemental du chrysociment sera de deux à six fois inférieur à celui du PVA. Comparé à l’acier, le chrysociment aussi a moins d’impact sur l’environnement, à moins que cet acier ait un taux de recyclage de plus de 80 %. Mentionnons aussi que le chrysociment est de loin le produit le moins onéreux parmi tous les matériaux de fibrociment offerts sur le marché mondial.

En somme, le chrysociment est un excellent produit, tant pour l’économie que pour l’environnement.

 HAUT


Voir aussi...

Photo-reportage - Fabrication et utilisation sécuritaire du chrysotile-ciment